Un Live X Ishkar

Les artistes imaginent un avenir

Fig 1 Nora Aly,dehors l'Université d'Alexandria.

Nous avons été honorés d'être les commissaires choisis pour la première exposition du Musée des Nations Unies, UN Live: "Ma marque: ma ville", une campagne visant à galvaniser l'action climatique avec une vision positive de ce que les villes durables de l'avenir pourraient et devraient ressembler.

Tout au long de l'histoire, l'art s'est avéré l'un des outils les plus puissants et efficaces pour communiquer des sujets difficiles, compliqués ou controversés. Les artistes jouent des rôles extrêmement importants au cœur de nos communautés et de notre société - en tant que voix publiques, créateurs de changements, influenceurs et voix inspirantes. Leur travail nous aide non seulement à réfléchir sur notre passé, il nous aide à imaginer des futurs différents.

Nous avons été honorés d'être les commissaires choisis pour la première exposition du Musée des Nations Unies, UN Live: "Ma marque: ma ville", une campagne visant à galvaniser l'action climatique avec une vision positive de ce que les villes durables de l'avenir pourraient et devraient ressembler.

Nous avons été honorés d'être les commissaires choisis pour la première exposition du Musée des Nations Unies, UN Live: "Ma marque: ma ville", une campagne visant à galvaniser l'action climatique avec une vision positive de ce que les villes durables de l'avenir pourraient et devraient ressembler.

Nous avons été honorés d'être les commissaires choisis pour la première exposition du Musée des Nations Unies, UN Live: "Ma marque: ma ville", une campagne visant à galvaniser l'action climatique avec une vision positive de ce que les villes durables de l'avenir pourraient et devraient ressembler. 

Pour ce projet, nous avons commandé une série de nouvelles œuvres expérimentales d'artistes émergents travaillant souvent dans des contextes difficiles. Offrir à chaque artiste de petites subventions pour développer sa pratique et une plate-forme internationale pour développer sa carrière Nous espérons que ces artistes continueront à utiliser leur voix dans les débats mondiaux sur notre avenir collectif.

DÉCOUVREZ

Défilez vers le bas pour voir une partie des travaux incroyables qui ont été exposé:

ABEL GASHAW, ADDIS ABABA, ETHIOPIE

Abel Gashaw est un photographe éthiopien basé à Addis-Abeba. Pour My Mark: My City, il a choisi de documenter “Green Legacy”, un ambitieux projet de plantation d'arbres dirigé par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. La campagne a divisé les opinions, les sceptiques affirmant que le nombre d'arbres plantés est une erreur de calcul. Abel voulait saisir la différence d'opinion, mais son impression générale était optimiste: “Malgré les problèmes, il s'agit de la première campagne de plantation de masse en Afrique et ouvre la voie à des solutions étonnantes pour garder les villes vertes et lutter contre le changement climatique.”

play pause
00:00

PAULA CORTAZAR, NUEVO LEÓN, MEXIQUE

Paula Cortazar est une sculptrice mexicaine de Monterrey, Nuevo León. Ici, d'énormes carrières de calcaire - utilisées pour fabriquer du béton - sont laissées ouvertes aux éléments, ce qui permet aux particules de polluer dans la ville voisine.Pour un geste symbolique pour My Mark: My City, Paula a fait une copie d'une des roches extraite du béton et remettre à la fois la roche d'origine et la roche de béton à son emplacement d'origine. Comme elle le dit, “le moment est venu de redonner - après toutes les ressources que nous avons prises - et pour que la ville contribue à préserver la nature.“

play pause
00:00

HFACTOR, LAGOS, NIGÉRIA

hFACTOR est un collectif basé à Lagos, au Nigeria, qui utilise la créativité pour résoudre les problèmes auxquels est confrontée l'île de Lagos. Pour My Mark: My City, hFACTOR s'est engagé avec les résidents locaux de Lagos à travers la tradition du «masquerading», résultant en une pièce et une vidéo de performance qui abordent la question des déchets plastiques et du recyclage.

ZENA SABBAGH, ALEP, SYRIE

Le changement climatique a provoqué une sécheresse qui a contribué, ou du moins aggravé, la guerre civile en Syrie qui a forcé Zena Sabbagh à fuir en 2012. Originaire d'Alep, Zena est maintenant basée à Beyrouth, au Liban, où elle a créé son propre atelier textile. Bien que sa ville natale ait été déchirée, Zena a utilisé Alep comme sujet pour l'exposition UN Live. Zena a rapatrié la ville de ses rêves: décorer l'ancienne citadelle d'arbres et d'oiseaux avec des broderies complexes. Le processus de fabrication était très thérapeutique.

FABIOLA FERRERO, CARACAS, VENEZUELA

Fabiola Ferrero est une photographe vénézuélienne basée à Caracas. Pour My Mark: My City, Fabiola a visité Maracaibo, Zulia où elle a organisé un atelier d'artiste avec l'expert environnemental Marcelo Monnot. Leur objectif était de faire participer les enfants locaux au problème de la pollution de l'eau dans le lac à côté de leurs maisons (qui est si fortement polluée que les résidents locaux trouvent du pétrole brut dans l'eau qu'ils utilisent pour les douches). Les enfants ont transformé l'huile en un outil artistique, l'utilisant comme médium pour créer des œuvres d'art sur leurs espoirs pour l'avenir. Les participants ont ensuite discuté des idées de ce qu'ils pourraient faire collectivement pour prévenir une nouvelle pollution.

AFRAA AHMED, KUALA LUMPUR, MALAYSIA

Afraa Ahmed est une artiste multimédia et graphiste yéménite désormais basée en Malaisie. Inspirée par deux villes qu'elle connaît personnellement - Shibam au Yémen et Kuala Lumpur en Malaisie - Afraa a conçu un triptyque numérique qui associe des formes urbaines géométriques avec des éléments naturels. À juste titre pour My Mark: My City, elle a capturé la beauté et l'harmonie potentielles qui peuvent résulter de la combinaison de l'environnement naturel et bâti.

play pause
00:00

DIEGO ORENDAIN & PEDRO MARTINEZ NEGRETE, MEXICO CITY, MEXIQUE

Diego et Pedro sont des artistes qui travaillent avec le son à Mexico. Pour My Mark: My City, ils ont créé une composition qui utilise des enregistrements d'oiseaux disparus, associés à des graphiques visuels. S'appuyant sur des enregistrements d'archives, ils ont ensuite manipulé les ondes sonores afin d'émuler le son de différentes alarmes et sirènes - des sons qui sont directement associés à la vie urbaine. Le travail interroge les habitants de la ville à réfléchir à la façon dont notre vie urbaine industrialisée a ravagé le monde naturel et comment nous pourrions repenser notre mode de vie.

NORA ALY, ALEXANDRIA, EGYPT

Nora Aly est une graphiste égyptienne d'Alexandrie - une ville très menacée par le réchauffement climatique et l'élévation du niveau de la mer. Pour My Mark: My City, Nora a conçu une série d'affiches ironiques faisant la promotion des premiers voyages de plongée dans la ville noyée d'Alexandrie en 2085. Les affiches invitent les téléspectateurs à réfléchir à la possibilité réelle que cela se produise et ont commencé des conversations qui ont joué dans les rues d'Alexandrie entre les membres du public et Nora.

play pause
00:00

ALDO ÁLVAREZ TOSTADO, SAN PACHO, MEXICO

Ces dernières années, Aldo Álvarez Tostado a remarqué comment le changement climatique et le tourisme se sont combinés pour perturber les réserves naturelles publiques de sa ville natale de San Pancho, au Mexique. Pour My Mark: My City, il a créé une installation de ldquo;cloture” en fil de fer barbelé au bord de l'eau, à proximité d'une station touristique locale qui a envahi illégalement des terres publiques. L'installation encourage les visiteurs à réfléchir sur la façon dont ils ont voulu “posséder” et contrôler le monde naturel.

NABIL MUSA & SAFEN MUHAMMAD

Nabil Musa, premier «gardien de l'eau» irakien, environnementaliste kurde et artiste indépendant basé à Sulaymaniyah. Safen Muhammad est le directeur d'ART +, une organisation culturelle qui forme les enfants de la région aux questions artistiques et environnementales, basée à Sulaymaniyah. La guerre peut incinérer des ressources naturelles. Dans le cas du Kurdistan irakien, ces ressources ont été utilisées comme levier et comme arme contre les populations locales. Nabil et Safen ont organisé un événement pour sensibiliser à la pollution de l'eau à l'école primaire Kakay Falah à Sulaymaniyah. Les enfants ont appris à créer de l'art à partir d'objets et de plastique réutilisé.

Soyez les premiers informés de nos dernières collections, collaborations et pop ups.
£{{amount}}

MON PANIER

Product added to your Cart

X
French