Bamiyan 2020 | Traveller's Journal: Alex Hall

When asked where (if anywhere) I went on holiday in 2020 and hearing the answer of Afghanistan, the reactions from friends and colleagues were binary: either; you’re insane, or that is insane!

For most people, Afghanistan is seen as a war rather than a country. News reports that hit the headlines in the UK rarely dig deeper than the latest attack (those attacks which hit the headlines in the UK or US are typically particularly large. Kabul sees attacks daily, whether bombings or shooting).

However, there is a different side to the country for some. The images taken by those lucky enough to pass through Afghanistan during the height of the hippy trail in the 1960s and 1970s show people and a country a far cry from those seen today. The country portrayed then, and particularly the beauty of its people and countryside have an element of romanticism that I felt drawn to.

So coming across a trip run by ISHKAR prompted my intrigue. After a fair amount of thought, research and a healthy dose of luck, in October last year I found myself making my way to Kabul to see what the real Afghanistan is like.

Getting there – what it actually entails

It seems that the second question, after querying the state of my sanity, was “How does one get to Afghanistan?”. Luckily for anyone wanting to make the trip, there is an exceptionally easy route to Kabul straight from Dubai. Although the arrival isn’t like any other…

Landing into Kabul is ‘an experience’, to say the least. Our late afternoon flight descended through the Hindu Kush as the sun was beginning to set. The plateau Kabul appears between the mountains surrounding the city, through the dusty evening sky. The city dominates as far as the eye can see. Seeing Kabul from the sky is when one appreciates why it is touted as one of the fastest-growing cities in the world; no mean feat. The population is estimated at ~5 million, up from ~1.5m in 2001. To put this in context, Kabul would be Europe’s fifth-largest city, behind Istanbul, Moscow, London and St Petersburg.

After a short stopover, our next step is the flight to Bamiyan, which is luckily short and sweet. Peering out of the window over the mesmerising Koh-e-Baba range of the Hindu Kush, our small plane swooped down into a broader and lush valley surrounded by yet more mesmerising mountains on either side. I could not help myself peering out of any angle the window allows in the hope to catch a glimpse of the Buddhas carved into the mountainside.

The jaw-dropping lakes of Band-e-Amir

Having already fallen in love with the beauty around Bamiyan city, I’m not sure any of our group was quite prepared for the striking beauty of the five lakes at Band-e-Amir.

A short drive westwards from Bamiyan town, we left the brief comfort of tarmac to head off-road, holding on as we made our way down a beaten rural track. Before we knew it, a small streak of blue broke the otherwise solid background of the desert. Seeming like a mirage, the blue grew until the unmistakable outline of a lake appeared, almost contrasting on purpose with the mountainous background - to make a point.

Once we got closer, the true beauty unfolded: the sheet glass lakes reflected the crystal blue clear sky, with the mesmerising Koh-e-Baba mountains in the background. In my mind, this is Afghanistan’s answer to Lake Como.

Our overnight stay at Band-e-Amir, having already made it very high up the list of memories from an unforgettable trip, had one more imprint to leave. I have to say, the game of dare, or perhaps more truthfully a game of ‘chicken’, that led to myself and two other travellers taking a dip at first light in the lakes will stay with me forever; not least the -9.5 degree Celsius temperature above water.

With the sun rising over the ridges and the top of the water still frozen, we ran for it; breaking through the thin ice on top of the water to get to swimming depth before we about-turned and ran out quickly as possible. Luckily no one else was around to see the sight of three westerners being abruptly manhandled out of wet clothes!

Buzkashi

Upon hearing that ISHKAR’S ski trip earlier in the year had stumbled upon a game of Buzkashi, it seemed like we were also in luck - driving past a pre-wedding match on our way out of Band-e-Amir. For anyone who doesn’t quite know what Buzkashi is: it is the national sport of Afghanistan. A horse-mounted game where the players attempt to place a goat or calf carcass in a goal (most of the time a hole in the ground).

The immediate sight of men on horses had us stop immediately to investigate further. It didn’t take long to confirm our suspicions, and followed by a brisk walk to find a river crossing point (none of the intrepid three seemed to fancy a second cold dip that day), we arrived at the match joined by seemingly every male guest of the wedding. Afghan weddings are notoriously large and expensive. (A recent law had to be passed to set the limit on invitations to 500 guests!)

Despite not knowing the rules - or even who was on which team - the sport is a spectacle filled with all the gripping moments and close shaves one could have possibly wanted. The Afghans certainly don’t give any thought to more established health and safety rules, with young boys amongst the adult players as each team wrestled for the goat carcass. Unlike most other sports, at times it can also be life-threatening for the spectators.

The flow seemed to match the tide of who was winning, with the spectators drawing back to the few safe banks of rocks as the match drew closer to where they stood. Luckily for us, the close shaves weren’t that close. However, at one moment, a member of the accompanying ISHKAR travel team lost their tobacco pouch running around taking photographs, resulting in the entire match being stopped by one of the elders, so that everyone could be roped in to find it. It turned out to be in the car….

Upon return, and reflection

Having been back in the UK for a few months now and perhaps the effects of lockdown number three hitting hard, seeing posts from our stellar guides (Sajjad Hussaini and Andrew Quilty) I can’t help feeling the draw of going back. Given what most people think Afghanistan is like, Bamiyan is a corner of the country which is a shining light for what the real Afghanistan is about; gentle and kindhearted people, truly stunning landscapes, and a wealth of history to rival anywhere else.

Que lire ensuite?

Trouvez plus de nos morceaux içi

GUEST EDIT | CARMEN DE BAETS
  • 01.07.21

Lebanese-Dutch Carmen Atiyah de Baets is CARMEN’s co-founder, a multifunctional guesthouse, kitchen, gallery and shop in the heart of Amsterdam.

Sicilian Street Food: Arancini
  • 25.06.21

  Sicily is famous for its street food, from freshly cooked calamari to crisply fried panella. One of our favourite Sicilian streets are Arancini....

Explore Neighbourhood Gems - Columbia Road
  • 17.06.21

This summer we will be hosting different pop ups on London's Columbia Road, home to some of London's best restaurants, street bars and independent boutiques. Combine your pop up visit with some of these local highlights:

GUEST EDIT | IBI IBRAHIM
  • 25.03.21

Ibi Ibrahim is an American Yemeni curator, artist, writer, filmmaker and musician. 

Know Your History: 5 Afghan Women You Should Know
  • Afghanistan
  • 08.03.21

Words by Shamayel, founder of Blingistan. Illustrations by Blingistan + Daughters of Witches. How many of these five extraordinary women have you h...

Blingistan as in the land (-istan) of Bling
  • Guest Edit
  • 05.03.21

We spoke with Blingistan founder, Shamayel, about the need for playful, bold, conversation starters that can change the narrative about Afghanistan. 

GUEST EDIT: JAMES SEATON
  • Guest Edit
  • 28.01.21

We invited James Seaton, co-founder of TOAST, to cast his well trained design eye over our collection and to be our very first guest editor.

Who gets what: our product pricing explained
  • ISHKAR
  • 26.01.21

How, we are often asked, can a box of six glasses made in Afghanistan, one of the world’s poorest countries, be sold in London for £80? In this blog post we aim to show you who gets what and why.

Une Lettre au temps du COVID-19
  • ISHKAR
  • 06.03.20

«C'est le moment des faits, pas de la peur. C'est le moment de la science, pas des rumeurs. C'est le moment de la solidarité, pas de la stigmatisation. Nous sommes tous dans le même bateau et nous ne pouvons que l'arrêter ensemble. »

Un Paradis Disparu: Jardins de Barbur
  • Lucy Fisher
  • 03.05.19

Je pense que la première image qui vient à l'esprit lorsqu'on pense à l'Afghanistan n'est probablement pas un jardin en pleine floraison, soigneusement entretenu par une équipe de jardiniers.

Un entretien avec Ibi Ibrahim
  • Interview
  • 02.02.19

Après presque quatre ans de destructions et de souffrances incalculables au Yémen, on pourrait penser que les dernières étincelles de beauté et de créativité ont été écrasées. Au contraire.

Le Sacrifice Ultime, ISHKAR
  • ISHKAR
  • 02.01.19

Chaque fois que nous disons aux gens que nous vivions en Afghanistan, la réaction est presque toujours la même. Vient d'abord les questions «faciles» - les gens posent des questions sur la nourriture, ou, si la personne est anglaise, sur la météo. Mais vient ensuite une autre question ‘C'était dangereux?’ Ou pour d’autre ‘quelque chose vous est-il arrivé?’

Tombouctou: Une historie sauvage de mythe, de renaissance, de sauvetage et de ruine
  • ISHKAR
  • 16.10.18

Je m'en fiche si vous êtes à Tombouctou", pourrait-on dire. "Vous serez ici demain ou autre!" Ou peut-être, "Il a flirté avec toutes les filles d'ici à Tombouctou!" Cela signifie quelque chose comme Dieu sait où, ou A Million Miles Miles.

Tapis de guerre
  • Louis Prosser
  • 08.10.18

Bebinin, bebinin, insista Parsa. J'étais dans la ville royale d'Ispahan, que les Perses appellent «nesf-e jahan» («la moitié du monde»). Dans un bazar exigu sous des dômes et des arcs en flèche, j'étais dans un monde de tapis.

Pin Projet 2/2, Sofya Shahab
  • Sofya Saheb
  • 10.07.18

Le Pin Projet est une initiative lancée par ISHKAR sur Kickstarter l'année dernière. Ils ont récoltés plus de 63 000 £ pour fournir une formation en bijouterie et du travail aux personnes déplacées vivant au Burkina Faso, en Turquie, en Jordanie et en Afghanistan. 

Soqotra: L’histoire d'une ile alienne
  • ISHKAR
  • 28.05.18

Donnez à un enfant un paquet de crayons de couleur et dites-lui de dessiner une île fantastique, et ils pourraient bien évoquer l'île yéménite de Socotra.

Projet des Pins 1/2
  • ISHKAR
  • 12.12.17

En tant qu'êtres humains, nous avons soif d'ordre. Pour beaucoup, le travail productif fournit cette structure. Le monde qui nous entoure pourrait être chaotique. Mais avec le travail, nous pouvons, au moins parfois, contrôler ce que nous faisons d'une manière dont nous sommes rarement capables dans d'autres parties de la vie.

Une traditionnelle radicalité’
  • ISHKAR
  • 25.07.17

En début d'année, Flore et moi sommes allés au salon Maison et Objet à Paris. Après une matinée de promenade dans les colossales halles commerciales, nous étions sur le point de nous échapper et de prendre un café lorsque nous sommes tombés sur le stand de Sebastian Cox.

FAIT À LA MAIN - QUOI DONC?
  • ISHKAR
  • 20.07.17

Autrefois tendance hipster, le désir de produits faits à la main est devenu très courant. On le voit depuis la montée fulgurante d’Etsy, jusqu’à la prolifération du mot «artisan» sur des produits allant des chaussures au pain. Les produits faits à la main ont tendance à être plus chers et ne garantissent en aucun cas une meilleure «qualité».

Risques: Trancher, Découper et Saupoudrer sur le dessus
  • ISHKAR
  • 13.07.17

À l'approche de la saison des mariages, de plus en plus de clients exaspérés nous demandent quand nos verres les plus populaires seront de nouveau en stock. Eh bien, voici la réponse transparente - nous en n'avons aucune idée.. 

TRACES D’ALEP
  • ISHKAR
  • 08.05.17

C'est l'été 2016. Nous nous tenons dans l'appartement de Zaina à Beyrouth, discutant autour d'une grande table tachée d'encre. Nous sommes au Liban depuis un mois à la recherche d'artisans syriens avec qui travailler. Nous avons finalement réussi à retrouver Zaina lors de notre dernier jour dans le pays.

TOMBOUCTOU ET RETOUR
  • ISHKAR
  • 05.04.17

Je me souviens avoir chanté une comptine à la crèche à propos de Tombouctou quand j'étais à l'école primaire. Je ne me souviens plus très bien les paroles - était-ce «de Kalamazoo à Tombouctou»? - mais je me souviens bien des images. Une légendaire ville désertique au bout du monde où des marchands se rencontraient pour échanger du sel et de l'or, et dans la fraîcheur des énormes structures de boue, des érudits en robe bleue écrivant dans de grands manuscrits en relief d'or.

LES ARTISANS PEUVENT-ILS CRÉER DE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE?
  • ISHKAR
  • 28.09.16

Artisanat. Il y a quelque chose dans le mot qui évoque tout le contraire de l’esprit d’entreprise, de l’ambition, du sérieux. «L’artisanat»

évoque des images de mamies tricotant, de bracelets en coquillages, de points de croix, d’animaux sculptés et de vendeurs au bord de la plage.

VOUS VOULEZ AIDER L'AFGHANISTAN? L’IMPORTANCE D’ACHETER PLUTÔT QUE DE FAIRE UN DON
  • ISHKAR
  • 12.09.16

La Banque mondiale a classé l'Afghanistan au 177e rang (sur 188) despays avec lesquels il est le plus facile de faire des affaires dans le

monde. En 2014, l'économie afghane a perdu un tiers de sa valeur, et la croissance économique annuelle a ralenti de 14% à 1,5% où elle est aujourd'hui.

 

LE JOURNALISME DES CHOSES
  • ISHKAR
  • 04.08.16

De temps en temps, une courte vidéo ou un article apparaît sur notre fil d'actualité qui raconte une histoire captivante sur l'Afghanistan ou la

Syrie qui n'a rien à voir avec la guerre. Pendant quelques minutes, il nous est rappelé que des pays comme l'Afghanistan et la Syrie abritent des gens talentueux et énergiques dont la vie n'est pas uniquement définie par les circonstances du pays dans lequel ils vivent. C'est un bon rappel, mais peu de temps après nous oublions ce que nous avons regardé ou lu.

Afghanistan par Choix
  • ISHKAR
  • 13.07.16

Le récent triomphe de Theresa May en tant que chef du parti conservateur nous a rappelé une décision controversée qu'elle a prise plus tôt cette année. Bien que 2015 était l'année la plus dangereuse à ce jour en termes de victimes civiles, elle a réussi à lever l'interdiction générale du gouvernement britannique, de déporter vers des pays déchirés par la guerre.

Au revoir Peacock House, Bonjour ISHKAR!
  • ISHKAR
  • 12.07.16

Lorsque nous avons créé Peacock House à Noël dernier, nous n'avionsl'intention de vendre qu'une poignée de boutons de manchette afin de financer de belles vacances après Kaboul. La réponse que nous avons reçue a été phénoménale et nous avons vendu dix fois plus de boutons de manchette que nous nous attendions à vendre! Ce qui a commencé comme une semaine de travail pour le jeune groupe de joailliers avec qui nous

travaillions à Kaboul s'est transformé en cinq semaines d'emploi à temps plein. La réaction a été si étonnante que nous avons décidé de retourner en Europe, de tourner le dos à un salaire régulier et de faire les affaires à plein temps.

Un artisan, contre toute attente
  • ISHKAR
  • 05.07.16

La fermeture de la frontière gréco-macédonienne en mars a laissé 15 000réfugiés bloqués à Idomeni. Cette zone est devenue le plus grand camp de réfugiés informel d'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

DES DÉCHETS À LA TABLE: LA SOLUTION DU RÉFUGIÉ SYRIEN À LA CRISE DES ORDURES DU LIBAN
  • ISHKAR
  • 25.06.16

En sortant de l'aéroport de Beyrouth, vous êtes immédiatement frappé par

l'odeur de déchets en décomposition. C'est un rappel grisant de la crise des ordures qui a frappé Beyrouth il y a quelques mois. Les sites d'enfouissement débordant, les ordures bordaient les rues de Beyrouth, s'entassent dans les forêts et les lits des rivières entourant la capitale.

LEÇONS DU LIBAN
  • ISHKAR
  • 23.06.16

Alors que les dirigeants européens se plaignent de ce que l'Europe nepuisse plus absorber de réfugiés, et que les inquiétudes concernant

l'immigration ont conduit le Royaume-Uni vers une sortie de l'UE - avec une population de seulement 4 millions d'habitants, le Liban abrite plus de réfugiés que l'ensemble de l'Europe combinée.

Pourquoi fabriquer nous fait nous sentir mieux?
  • ISHKAR
  • 02.04.16

J'ai récemment suivi des cours de menuiserie. Je n'ai aucun talent pourfaire des choses avec mes mains, et les quelques choses que j'ai pu

faire sont très mal assemblées. Mais pendant trois heures par semaine, je voyais, j'affûtais, je ponçais et je martelais. Et ça m’a fait du bien.

 

AFGHANISTAN - QUE LIRE, QUE REGARDER?
  • ISHKAR
  • 02.03.16

Outre le blog de Peacock House, de nombreux ouvrages/documentaires de qualité soulignent différentes facettes de l'Afghanistan. Ce pays a fait couler beaucoup d'encre au sujet de ses guerres, dont il a été le theatre depuis 1979, mais a su aussi seduire ses visiteurs par la richesse de ses montagnes et de ses habitants. L'Afghanistan se découvre aussi sous un autre jour..

LES SOUFFLEURS DE VERRES D’HERAT
  • ISHKAR
  • 15.02.16

En hiver, un épais nuage plane au-dessus de Kaboul alors que les gens allument des poêles à bois et à charbon pour chauffer leurs maisons.

LA NAISSANCE DU BLEU
  • ISHKAR
  • 02.02.16

Jusqu'à une date relativement récente dans l’histoire humaine, le «bleu» tel que nous le connaissons n’existait pas. Il n'y a pas de mot pour «bleu» en grec ancien, hébreu, chinois ou japonais.

LE DANGER DE L'HISTOIRE UNIQUE
  • ISHKAR
  • 02.01.16

Hier soir, une voiture piégée d'explosifs a visé le restaurant Le Jardin, à Kaboul. L'explosion a fait deux morts et 15 blessés.

Soyez les premiers informés de nos dernières collections, collaborations et pop ups.
£{{amount}}

Panier

Product added to your Cart

X